C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Page 1 sur 12 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par Tireman le Mar 9 Déc 2014 - 10:23

Bonjour à tous.

Puisque Murielle a eu la gentillesse d’ouvrir cette rubrique "vestiges de ligne" je vais en profiter.
Je voudrais donc commencer par une section de ligne qui a été récemment "suspendue", comme ils disent, elle n’est donc pas "encore" à l’état de vestige, mais j'ai confiance, ça viendra...Twisted Evil
Il s’agit de la section entre Eygurande - Merlines et Laqueuille, de la ligne d'Eygurande - Merlines à Clermont-Ferrand, autrefois connue sous le nom de Chemin de Fer de Clermont à Tulle.

Fidèle à mes habitudes, l’inventaire de cette ligne a été réalisé à pied, étapes par étapes.
Je dois dire que j’ai grandement profité du retard des travaux sur la section de Clermont-Ferrand à Volvic, (juillet 2012 – aout 2013) ce qui m’a permis de circuler en toute sécurité.
Le résultat est une compilation de 4000 clichés, dont une partie est visible sur mon site Panoramio
Il suffit ensuite de sélectionner l’étiquette "Ligne d'Eygurande - Merlines à Clermont-Ferrand."
Je préviens, cela fait un ensemble (à ce jour) de 2000 photos…
Ben oui, je suis très bavard avec un appareil photo ! :siffle

Comme d’habitude, j’ai pu préparer mon travail d’investigation grâce au photographies aériennes du fond de l’IGN, en sélectionnant la période de 1945 à 1965, voir 1989 pour certaines parties, plus naturellement, tous les ouvrages mis à ma disposition.

Un peu d’Histoire :

Tout d’abord, il est nécessaire de présenter un bref historique de cette ligne, et je me suis inspiré pour cela de deux ouvrages de José Banaudo, "Sur les Rails d’Auvergne", et "Sur les rails du Limousin" :

Le nom originel de cette ligne fut Ligne de Clermont à Tulles.
Elle fut concédée à la Compagnie du Chemin de fer de Clermont-Ferrand à Tulles, le 19 juin 1868, sous le Second Empire.
Confronté à des difficultés financières, cette compagnie fut rachetée par l'Administration des chemins de fer de l'État qui acheva la ligne à partir de 1877 pour l'ouvrir à l'exploitation le 6 juin 1881.
Deux ans plus tard, au gré de conventions visant à rééquilibrer la répartition de réseau ferré dans le centre et l’ouest de la France, la ligne Clermont – Tulles fut rétrocédée par l’Etat à la Compagnie du PO, qui en reprit l’exploitation à compter du 5 mars 1884.

La desserte voyageur de base de cette transversale sud comportait au début du XXème siècle une moyenne de cinq trains quotidiens dans chaque sens sur la section auvergnate, et dont la traction fut confiée au début du XXème siècle (entres autres) aux 5300 du PO, les futures 141 TA de la SNCF.

Un direct Clermont – Brive avec correspondance sur Bordeaux (CBB et BBC) fut mise en place au service d’été 1936, et assuré par autorails (ABJ 1, ABJ 4).
Au service d’hiver 1948/49, le rayon d’action de ce train fut étendu au parcours Lyon – Bordeaux avec des rames ABV (1956), puis RGP 2 (1965) et enfin RGP 1 (1977).
Enfin, au service d’hiver 1982, nouveau changement, l’autorail fait place à une rame Corail tracté par une locomotive CC 72000, train prenant le nom de "Ventadour", du nom d’une célèbre famille ducale en Limousin.

La conjonction d’un trafic relativement important, de fortes déclivités pénalisant l’exploitation de la voie unique, et de l’ouverture au départ de Volvic de la nouvelle ligne de Montluçon par le Viaduc des Fades le 20 octobre 1909, conduisit la même année, le PO à doubler la voie sur les sections Clermont – Volvic, et Laqueuille – Eygurande.
Le Thermal express a longtemps emprunté le parcours Paris – Montluçon – Eygurande – Laqueuille – le Mont Dore, avant de transiter par Paris – Clermont-Ferrand – Laqueuille – le Mont Dore.
La section Laqueuille – Eygurande revint en voie unique fin 1946.
Au niveau du trafic fret, qui fut tout de même important pour l’économie de la région, la fermeture des houillères de Messeix – Bourg-Lastic en 1988 lui porta un coup fatal, et il n’y a plus de circulation de fret entre Eygurande et Laqueuille depuis plus de vingt ans.
Heureusement, depuis 1996, une circulation fret reprit naissance entre Laqueuille et Clermont-Ferrand grâce à l’usine d’embouteillage des eaux de source du Mont Dore, la SMDA.

Un résumé en quelques dates :

- 19 septembre 1880, l’administration des Chemins de Fer de l’Etat ouvre une ligne de Tulle à Ussel.
- 1880, construction de la gare d’Eygurande-Merlines.
- 6 juin 1881, ouverture d’Ussel vers Clermont-Ferrand, via d’Eygurande-Merlines, Laqueuille et Volvic.
A cette occasion, a été frappée une médaille commémorative en l’honneur de l’ouverture au service commercial de la totalité de la ligne de Tulle à Clermont-Ferrand, le 5 juin 1881.
(Voir ci-dessous)



- 5 novembre 1882, ouverture d’Eygurande-Merlines à Bort-les-Orgues.
- 1883, suite aux conventions du partage territorial, l’administration des Chemins de Fer de l’Etat rétrocède l’ensemble de ces lignes à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans.
- 13 juin 1887, la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans ouvre la ligne d’Eygurande-Merlines à Montluçon.
- 15 mai 1950, fermeture d’Eygurande-Merlines à Bort-les-Orgues suite à la construction du barrage de Bort, ce qui a été le début du déclin de cette gare.
L’exploitation de la ligne Montluçon – Eygurande-Merlines se réduisit au rôle de desserte locale, avec cependant deux services express : les Paris – Ussel, et les Paris – le Mont-Dore.
Les Paris – le Mont-Dore furent ensuite détournés par le réseau Sud-est et Clermont-Ferrand, ne laissant que les express Paris – Ussel.
- 1950, fermeture du dépôt d’Eygurande-Merlines comme établissement titulaire (déclassé au rang d’annexe traction).
Les 9 machines basées sur ce dépôt seront transférées au dépôt d’Ussel.
- Le 1er mars 2008, fermeture de la ligne entre Montluçon et Eygurande-Merlines.
- Le 6 juillet 2014, fermeture du tronçon entre Eygurande - Merlines et Laqueuille.
Elle "ne présente plus les garanties de sécurité" selon le gestionnaire d'infrastructure.
Pour permettre le maintient des circulations ferroviaires, 21 000 traverses auraient du être remplacées, pour un coût de 7 millions d'euros.
RFF, l’État, et la région Limousin étaient prêts à cofinancer.
Il ne manquait que la région Auvergne, mais celle-ci a refusé.
En conséquence, plus aucun train ne circulera non plus entre Eygurande - Merlines et Ussel, sur la ligne du Palais à Eygurande - Merlines, le parcours s'effectuant en intégralité par autocar entre Clermont-Ferrand et Ussel.
L’Auvergne a ainsi perdu sa dernière liaison ferroviaire directe vers le Sud-ouest.

A noter :
- La réalisation de la transversale Lyon Bordeaux via Clermont-Ferrand n’a pas obéi à un plan d’ensemble, mais plutôt à la juxtaposition de plusieurs ligne ayant une genèse différente.
Malgré le handicap de fortes déclivités (jusqu’à 25/°°), l’intérêt de cette liaison était qu’il n’y avait qu’un seul rebroussement (en gare de Tulle), contrairement à l’itinéraire via Gannat et Montluçon qui en nécessitait pas moins de quatre.
- Pour le trafic venant du nord (Paris) et de l’est (Clermont-Ferrand), la correspondance pour Bort-les-Orgues et le Cantal imposait un rebroussement à Eygurande-Merlines.
- Pour le thermal express venant de Paris, les voitures à destination du Mont-Dore étaient prises en charge dans cette même gare par une loco dédiée, en générale, une 5300 PO (141 TA SNCF)

Grace à Al Bender, j’ai pu trouver le profil de la section que je vais traiter :
(Cliquer sur la vignette ci-dessous)


A suivre…
Didier.
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie II)

Message par Tireman le Mar 9 Déc 2014 - 11:04

La Station d’Eygurande-Merlines.
(Puisqu’il faut bien commencer par quelque part !)

Cette gare se situe au PK420,662 de la ligne que je traite.
(Origine du chaînage : Paris-Austerlitz via Orléans, Vierzon et Bourges)

A mon avis très personnel, la plus belle station de cette ligne.
J’ai bien dit, très personnel, je n’ai pas dit impartial ! Laughing
Si nous étions impartiaux, nous ne serions pas des passionnés, et si nous n’étions pas des passionnés, je me demande bien ce que nous ferions ici ?

En m’inspirant pour l’essentiel de l’ouvrage de José Banaudo et Fabrice Lanoue, "Sur les rails du Limousin", (mais pas que), je vais tenter d'en faire le portrait.

On pourrait résumer cette station au croisement de deux axes :
Un axe nord – sud, des Combrailles au Cantal, de Montluçon à Bort-les-Orgues.
Un axe est – ouest, de l’Auvergne à l’Aquitaine, de Clermont-Ferrand à Bordeaux.
(Je rappelle que le nom d’origine de cette ligne était "Ligne de Clermont à Tulle")

L’incidence démographique et économique :
(J’ai toujours soutenu la thèse que le Chemin de Fer est un vecteur essentiel pour l’économie rurale, ainsi que l’avait professé Charles de Freycinet)

En 1880, La proximité de la route de Lyon à Bordeaux (Route Nationale 89) n’avait pas ouvert d’activité particulière.
En 1881, lorsque s’est ouverte la ligne, Eygurande est un gros bourg de 385 habitants situé à 2 km, et Merlines, à 1 km, un très médiocre village de 80 habitants, auquels s'ajoutent les 12 habitants répartis dans trois maisons bâties sur le chemin qui mène de la route de Lyon à Bordeaux jusqu’à la gare.

En 1901, soit dix ans après, la population du nouveau lieu-dit "la gare", jointe à celle de Merlines, atteint 400 habitants. (Plus que quadruplé !)
Il semble bien que ce soit la fonction ferroviaire qui soit responsable de cette croissance rapide.
Le rôle de triage ainsi que la création d’un dépôt vapeur dès les premières années, ont fait de cette station un centre ferroviaire important.

Suite logique de l'ouverture de la section d'Eygurande-Merlines à Bort-les-Orgues, en 1882, celle de la section d’Eygurande-Merlines à Montluçon en 1887, donnera au PO sa radiale Paris – Aurillac, et fera faire à cette station des progrès décisifs.
En 1909, l’ouverture de la ligne de Bort-les-Orgues vers Neussargues draine sur la station d’Eygurande-Merlines certains trafics, notamment d’importants trafics de fret destiné à Montluçon et Paris, ce qui entraine un accroissement de la population cheminote, et ce, avant le développement massif de 1921, commun à toutes les agglomérations ferroviaires.

En 1946, il y aura 197 employés du Chemin de Fer, tandis que la population du quartier de la gare et du centre communal de Merlines passera à 903 habitants, contre les 92 de 1880…
Eygurande, le chef lieu de canton, ne passera qu’à 449 habitants, mais demeurera le centre d’importantes foires régionales, profitant du Chemin de Fer.

Comme je l’ai dit, la fermeture d’Eygurande-Merlines à Bort-les-Orgues en 1950 entrainera le déclin.
En 1959, les 197 cheminots de l’âge d’or passent à 43 (12 agents de gare et 31 de la voie)
Bien entendu, cela aura une incidence notable sur l’économie de la région, puisque le nombre d’habitants de la zone prise en référence tombe à 750 en 1955.

(Sources : Portail Persée. Thèse de 1959 de Mme R. Caralp : "Un problème de population dans le Massif Central : les agglomérations ferroviaires".)

L’implantation de la station d’Eygurande-Merlines :
(Ndlr : Je publie pour chaque vue, au-dessous du format normalisé pour le forum, une vignette qui permet de l’avoir en plein format, ce qui est plus confortable !)

Le plan d’implantation que je vais publier ici, (ainsi que d’autre que je signalerai), fait parti de la collection personnelle de Monsieur Roger LALLEMENT, ancien ingénieur chez Alstom, département signalisation ferroviaire.
Ce monsieur a sauvé de la destruction toute une série de documents originaux de cette ligne, document qui étaient destinés à la poubelle…
C’est avec l’aimable autorisation de son fils, monsieur Bernard Louis LALLEMENT, qui a hérité de ces archives, que je publie ce plan.
(Les clichés de plan sont réalisés par assemblage de plusieurs photos prises dans des conditions inadéquates, ce qui explique parfois des défauts de raccord.)



(Pour une vue plus étendue, cliquer sur la vignette.)


Je n’ai pas pu trouver la date précise de ce calque d’implantation des voies, mais il doit dater de la période entre 1909 et 1946, puisque la ligne vers Clermont-Ferrand y est représentée en double voie.
Noter aussi le petit dépôt titulaire et le pont tournant.

Quelques vues aériennes, étalées dans le temps, extraites du fond des archives photographiques de l’IGN.
(Rappel : Je publie pour chaque vue, au-dessous du format normalisé pour le forum, une vignette qui permet de l’avoir en plein format.)




Gare Eygurande-Merlines, 16 aout 1948.
Les directions sont, sur cette vue, Bourges en haut, Bort-les-Orgues, en bas, Clermont-Ferrand à droite et Bordeaux à gauche.
Cette gare était dotée d’une importante infrastructure marchandise, ainsi que d’un petit dépôt titulaire. (Au niveau de la patte d’oie formée par les lignes venant de Clermont-Ferrand, Bourges et Bort-les-Orgues.)
On peut voir, en grandissant la vue, un pont tournant dans l’angle inférieur droit du dépôt.
Ce fut l’âge d’or pour cette gare !





Gare d'Eygurande-Merlines 30 juin 1956.
En 1950, la section d’Eygurande-Merlines à Bort-les-Orgues fut fermée lors de la mise en eau du barrage de Bort, la retenue noyant les derniers 18 km.
En compensation, une ligne de substitution Ussel - Bort devait être construite aux frais de l'EDF à l'ouest de la ligne initiale. Les travaux qui ont débuté en 1950 ont été arrêtés le 3 septembre 1955.
Tout le trafic, voyageurs et fret de la section d'Eygurande - Merlines à Bort-les-Orgues a été transférée sur route... (Air connu !)
Sur cette vue, on constate la disparition du dépôt, et de quelques voie de stockage sur l’emprise attenante au dépôt.





Gare d'Eygurande-Merlines, 28 juillet 1980.
La situation de la gare semble s’être stabilisé, hormis la disparition d’autres voies de stockage sur l’emprise marchandise coté Sud (Coté ancien dépôt).
Il semble y en avoir eu 8 sur la vue de 1948, il en reste 4 sur celle-ci.
Il faut dire qu’il y a eu une politique drastique de fermeture de lignes entre la fin des années 60 et la fin des années 70, tant au trafic voyageur qu’au trafic fret, afin de laisser la place à l’industrie des transports routiers.





Gare d'Eygurande-Merlines, 16 février 2007.
Sous la neige.
Toutes les voies de stockage de l’emprise marchandise coté Sud ont disparue, sauf, le moignon de l’ancienne section d’Eygurande-Merlines à Bort-les-Orgues, qui doit parfois servir de voie de stockage.
En ce qui concerne cette section d’Eygurande-Merlines à Bort-les-Orgues, elle a été transformée sur une partie de son parcours en « voie verte »...
Pour ce qui est de l’infrastructure du coté de la halle aux marchandises, celle-ci crève normalement, depuis la fin des années 90, plus aucun fret ne passe sur la section de Laqueuille à Eygurande-Merlines.
Un an après ce cliché, la section d’Eygurande-Merlines à Montluçon sera fermée (Mars 2008)


(À suivre…)

Didier.
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie III)

Message par Tireman le Mar 9 Déc 2014 - 18:01

Avant de passer enfin aux images, il faut tout de même que j'évoque le matériel moteur qui a fait la vie de cette station et de cette ligne.

1) L’axe Montluçon – Eygurande-Merlines – Bort-les-Orgues était desservi à l’origine par trois trains omnibus tractés par des locomotives type 030, 130, et 040 du PO.
L’extension de Bort-les-Orgues vers Mauriac, Miécaze et Aurillac (1891 – 1893), puis vers Riom-es-Montagne et Neussargues, ouvrit un raccourci vers l’artère du Midi en direction de St Flour et Bézier (1907 – 1908).
La ligne de Montluçon fut mise à profit pour un express de nuit Paris – St Flour, ainsi que divers convois de messageries et marchandises (Bois, bétail, houille)
La période de l’entre deux guerres vit se multiplier les express de jour et de nuit directs au départ de Paris pour le Mont-Dore, Aurillac, Vic-sur-Cère, St Flour, Bézier.
Les 231 PO série 4500 (futures 231 A SNCF) descendaient de Montluçon à Eygurande-Merlines, puis les 141 T PO 5300 (futures 141 TA SNCF) et 5600 (Futures 141 TB SNCF), les 140 PO 5000 (future 4-140 C SNCF) et 150 PO 6000 (futures 4-150 A SNCF), prenaient le relais jusqu’à Bort-les-Orgues.
A partir de 1936, quelques mouvements Montluçon – Eygurande-Merlines – Bort-les-Orgues furent assurés par des Autorail Michelin, puis Renault VH et ADP.

2) La fermeture de la section d’Eygurande-Merlines à Bort-les-Orgues amènera la fermeture du dépôt d’Eygurande-Merlines.
L’activité sur la section de Montluçon à Eygurande-Merlines sera assurée par les 231 D, 230 G, 141 E et F, 150 A 141 TA et TB, ce jusqu’à la disparition de la vapeur en début 1969.
La desserte sera assurée par les autorails X 2000, X 2400, X 3800 et X 2800, ainsi que par les locomotives diesel BB 66000 et 67300 et A1A A1A 68000.

3) Au sujet du matériel utilisé sur l’axe Clermont – Tulle :
Au début de l’exploitation de cet axe, la traction était assurée par les Locomotives du dépôt PO de Clermont-Rabanesse, Eygurande-Merlines, Ussel et Brive.
C’était les 021, 120, 121 et 040, qui furent épaulées en 1885 par les 130 PO 1800 de l’ingénieur Victor Forquenot. (Future 130 A 701 à 731 SNCF).
Puis vinrent les 141 T PO 5300 (futures 141 TA SNCF), polyvalentes et particulièrement à l’aise sur cette ligne de montagne.
Les trains de marchandises étaient confiés aux 140 B et C, 150 A et 050 TA.
Au service d’été 1936, un service rapide Clermont – Brive – Bordeaux fut créé avec un couplage d’autorails Renault ABJ, remplacé un an plus tard par un Renault ABV 2 PO.
En 1946, la section Eygurande-Merlines – Laqueuille repasse en VU.
Hormis les locomotives à vapeurs déjà citées, et qui seront présentes jusqu’en 1969, les autorails sur la ligne furent :
1950 deux à quatre omnibus assurés par les autorails Renault VH et ADX2, puis X 2400 et 2800 Unifiés.
La Liaison Lyon – Bordeaux via Clermont-Ferrand sera assurée par des RGP 2 X2700 (1967), puis RGP 1 X 2720 (1977).
La fin de la traction Vapeur début 1969 sur cette ligne verra l’avènement des diesels BB66000 et A1A A1A 68000 de Limoge.
A partir du service d’hiver 1982/83, le Lyon – Bordeaux via Clermont-Ferrand sera remplacé par une rame Corail tracté par une CC 72000, puis par une ou deux BB 67400.
Ces dernières années, la ligne fut parcourue par des X 72500 deux caisses, puis par X 73500 mono-caisse.
La traction de l’Intercités Clermont-Ferrand – Bordeaux est confiée à BB67400.

Je n'ai malheureusement aucune photographie libre de droit pour illustrer cette partie de mon exposé.
Si une âme charitable en possède, et a envie de les partager, you're welcome !

A suivre...

Didier.
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par papytrain le Mar 9 Déc 2014 - 19:20

Merci pour ce reportage et les photos sur ton site sont magnifiques. Très beau le bâtiment de gare de Royat - Chamalières.

Dommage le refus de financement pour le maintien de cette ligne, c'est triste, un mauvais exemple de plus...
avatar
papytrain
by Trainmusical

Masculin
Nombre de messages : 1222
Age : 67
Localisation : Suisse
Loisirs : Passion du chemin de fer et des bateaux lacustres à vapeur
Date d'inscription : 01/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par Tireman le Mar 9 Déc 2014 - 20:05

Merci Papy ! Very Happy
En même temps que je publie le présent sujet, je vais prépare une présentation du train de fret de la SMDA que je publierai dans la rubrique :
Les trains réels :: Les trains d'aujourd'hui.
Comme je le piste depuis son départ au Mont-Dore jusqu'à son arrivée au centre de triage des Gravanches,  je ferai un topo sur chacune des gares traversée, dont la gare de Royat-Chamalières.

Pour le refus de financement, je balance :
Il s'agit de Monsieur René Souchon (PS), Président de la Région Auvergne.
Le motif invoqué serait, je cite :
"La Région Limousin est plus intéressée par le maintient de cette ligne que la région Auvergne, car cette ligne est essentiellement empruntée par les étudiants de la Région Limousin suivant leurs études à Clermont-Ferrand"
Monsieur René Souchon a donc refusé d'inscrire dans les discussions du Contrat de Plan Etat-Région la rénovation de la section de ligne Laqueuille-Eygurande.
Décision d'autant plus aberrante, que des millions d'euros ont été investis dans la réfection complète des 21 km de la section en double-voie de Clermont-Ferrand à Volvic !
Mais que ne ferait-on pas avec l'argent du contribuable ?
Il est vrai aussi que monsieur Souchon est totalement investi dans l'union "contre-nature" qui nous est imposée avec la Région Rhône-Alpes.
Je pense que ceci explique cela...

Didier.
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie IV)

Message par Tireman le Mer 10 Déc 2014 - 0:05

Après vous être farci mon (long) préambule historique, vous avez bien mérité des images ! Very Happy
Rassurez-vous, ça vient.
Depuis Eygurande-Merlines jusqu’à Laqueuille, il y aura de quoi faire, avec quelques pépites !
Dans l’ensemble, en plus des plans d’origine que monsieur Bernard Louis LALLEMENT m’a confié,  je dispose de quelques carte postales, certaines issues de ma collection personnelle, d’autre de collections particulière, et d’autre encore issue de la Nomenclature des gares françaises du CFPA
Je vais essayer d’associer, chaque fois que ce sera possible, une vue actuelle à une carte postale ancienne.


Le BV dans sa 1er configuration, probablement 1910.
Vue prise depuis la route de la Gare, qui deviendra l'avenue Pierre Semard après la libération.



Le BV, dans sa configuration actuelle, probablement après la Libération, si j'en juge par la voiture garée devant.
Vue prise depuis la route de la Gare, devenue Avenue Pierre Sémard (1887 – 1942), en l'honneur de ce syndicaliste, secrétaire général de la Fédération des cheminots et dirigeant du PCF, dont il fut secrétaire général de 1924 à 1929. Il est mort fusillé par les Allemands le 7 mars 1942.
CP issue du fond du CFPA



Vue depuis ce qui est aujourd’hui l’Avenue Jean Jaurès.
Date, probablement 1910.
Cette vue montre le bâtiment et la cheminé d'une chaufferie.
Peut être la pompe à vapeur qui alimentait le château d’eau ?
Noter le bardage en bois qui entoure la cuve, afin de la protéger du gel.
Au fond, entre la cheminée et le château d’eau, on distingue la remise 4 voie du dépôt des locomotives.
Toutes les voies sont occupées...
CP issue du fond du CFPA





Bien sur, je n’ai pas pu me mettre dans les conditions de prise de vue de la 1ère carte postale, la configuration des lieux ayant notablement changée.
Ces photos ont été prises le 16 juin 2013.



Vue depuis la cour des débords de l'emprise marchandises.
Probablement dans la période entre les deux guerres, 1923 il me semble, le BV est dans sa configuration actuelle.
La chaufferie existe toujours, mais j'ai des raisons de penser qu'elle n'a plus rien à voir avec le château d'eau.
Bien noter le portail d’accès pour les véhicules, et le portillon d’accès pour les piétons, vous comprendrez avec les photos qui suivent.



Le portail d'entrée, typiquement PO, de la cour de débord des marchandises.
Au delà, le quartier de la gare.



Même chose, mais la vue est vers la cour des débords.
Ces photos ont été prises le 16 juin 2013.



Le portillon d’accès pour les piétons aura de la peine à remplir son office…





Ces deux cartes postales qui sentent l'Epoque II plein nez, sont surement prises depuis le pont routier sur la D92, dite Avenue de Savennes.
Le BV est encore dans sa 1ère configuration.
J'ai un peu de peine à identifier les locomotives.
Noter au pied du château d’eau la cabine vitrée, abri des Gardes-voies, ou poste d’aiguillages ?
Au milieu, la ligne pour Bort-les-Orgues.
A droite, une intense activité sur les voies de stockage.



Même vue, plus d’un siècle après…
L’activité ?
No comment…
A noter qu’au-delà de la gare, nous avons quitté la ligne d’Eygurande-Merlines à Clermont-Ferrand pour la Ligne du Palais à Eygurande-Merlines, Section d’Ussel à Eygurande-Merlines.



Ligne du Palais à Eygurande-Merlines.
Section d’Ussel à Eygurande-Merlines.
PK514,420 - Sens pair de la ligne.
Un joyeux méli-mélo d'aiguillages !
A droite, le moignon survivant de la ligne pour Bort-les-Orgues.
Elle se termine par un butoir….


(A suivre...)

Didier.


Dernière édition par Tireman le Mer 10 Déc 2014 - 10:37, édité 1 fois (Raison : Ajout de 2 CP, et correction de légende et de mise en page.)
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par murielle le Mer 10 Déc 2014 - 8:58

superbe reportage et tout y est et j’aime bien la différence entre avant et aujourd’hui, le bâtiment voyageur est gigantesque et magnifique.

_________________
avatar
murielle
Administrateur du forum X 3800
Administrateur du forum X 3800

Féminin
Nombre de messages : 21241
Age : 45
Localisation : Caudebec les Elbeuf
Loisirs : dicter ma loi
Date d'inscription : 14/02/2007

http://picasso.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par Tireman le Mer 10 Déc 2014 - 9:22

Merci Murielle ! Very Happy
Comme je l'ai dit en préambule de ma partie II :
A mon avis très personnel, la plus belle station de cette ligne.
J’ai bien dit, très personnel, je n’ai pas dit impartial !
Mes photos datent du 16 juin 2013, un an avant que cette section de ligne soit suspendue.
La fermeture de cette gare fait parti des dégâts collatéraux.
Que va-t-elle devenir ?
Sera-t-elle pillée comme tant d'autre gare de lignes oubliées ?
Sera-t-elle racheté par un particulier ou bien la municipalité ?
Sera-t-elle rasée pour que RFF économise sur le Foncier ?
Tout peut s'imaginer.
La fermeture d'Eygurande-Merlines à Bort-les-Orgues, l'arrêt de la construction de la ligne de remplacement financée par EDF, tout cela a été la maille qui a filé, amorçant la destruction du tricot...

Didier.
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par Seyoux le Mer 10 Déc 2014 - 11:59

Bonjour,  

Pour compléter le sujet . . .

Laqueuille - Bourg-Lastic-Messeix - Eygurande - Merlines (22 km)

Mise en service par l'Administration des Chemins de fer de l'Etat : le 06 juin 1881.

Point culminant : Laqueuille (942 mètres).
Déclivités maximales des rampes et pentes : 25 ‰.

Exploitation : voie unique avec application du Règlement S 4 A (Régime général
d'exploitation des lignes à voie unique) : Gare de commande + Distribution du LMTr.
Application également de la règle ancestrale des X et des Y.

Cantonnement (espacement des circulations) : Block manuel de voie unique
type SNCF (BMVU) avec application du Règlement S 5 C (Chapitre 1 bis).

Gare de Bourg-Lastic-Messeix (PK 429 + 700)

La gare à l'époque de la Compagnie du PO.



Le train Ventadour Lyon-Perrache - Bordeaux-Saint-Jean au crochet de la CC 72091 entrant en
gare en avril 1994, où il va croiser un autorail X 2800 Limoges-Bénédictins - Clermont-Ferrand.



Dernière édition par Seyoux le Mer 10 Déc 2014 - 12:23, édité 1 fois
avatar
Seyoux
j'occupe les lieux
j'occupe les lieux

Masculin
Nombre de messages : 604
Age : 56
Localisation : RGR
Date d'inscription : 29/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie V)

Message par Tireman le Mer 10 Déc 2014 - 12:21

La gare d’Eygurande-Merlines, suite.


Le BV coté quai, probablement 1912, si j’ai correctement déchiffré le cachet.
Le timbre Semeuse Vert à 5c est sorti en 1907.
La forme ondulée du cachet indique que cette carte a été oblitérée dans un train, par le Service des Convoyeurs de Lignes, service rattaché à la poste.
On peut lire sur le cachet que cette CP a été oblitéré sur la ligne Ussel - Busseau-sur-Creuses.



La même vue, ou presque, un siècle plus tard…


Vue depuis le quai 3, très certainement à la même époque que la CP précédente.
Sur cette vue on voit le chariot transbordeur qui servait à déplacer latéralement les wagons entre plusieurs parallèles, ce qui évitait l’utilisation d’une locomotive de manœuvre.
Noter, à gauche sur le quai, la cloche à pigeonnier Siemens, et à droite, sur le quai 1, la grue hydraulique.
Noter aussi les voitures à essieux, portières latérales, et guérite pour le serre-frein.



La même vue, ou presque, un siècle plus tard…
Au premier plan, en rail DC, ce qui est probablement le dernier vestige de la ligne qui descendait à Bort-les-Orgues.


Maintenant, quelques-unes de mes prises de vue, faites le 16 juin 2013, un an avant la fermeture de la ligne…
Je me rappelle de la discussion que j’avais eu avec le chef de gare, à l’époque nous étions plutôt optimiste, car nous pensions, en toute logique, que la Région Auvergne allait fusionner avec la Région Limousin, ce qui sauverait la ligne.
Hélas, logique et politique ne font pas bon ménage, et la suite nous prouva que nous nous faisions des illusions… :pleure:


Nous sommes au PK514,560 de la ligne du Palais à Eygurande-Merlines, dans son sens impair.
Portiques de signaux mécaniques.
Au fond, le pont routier de la D92, dite Avenue de Savennes.
Ensuite, en route pour Ussel...



Le poste de commande des aiguillages et des signaux qui était dans un bâtiment annexe a été transféré sous la marquise du BV.


D'origine du PO ?


PK420,785 - Direction Clermont à droite.
A la hauteur de cette même pancarte, Les maisons de Merlines.


Comme je l’ai expliqué plus haut, du temps de la vapeur, la gare d’Eygurande-Merlines fut dotée d’un petit dépôt dont plus rien ne subsiste aujourd’hui, excepté quelque bâtiments d’un style typiquement cheminot.


Ici l'ancien pavillon du Chef de Dépôt.


Ici, l'ancien corps des gardes-voie.


Hypothèse : Des toilettes extérieures pour le personnel travaillant au dépôt ?
Ce n'est pas l'odeur qui peut me donner une indication, il y a longtemps que cela n'a pas servi !



Je suis sur l’emplacement approximatif de l’ancien dépôt de locomotives, lequel a été rasé, comme il se doit...

A suivre...

Didier.


Dernière édition par Tireman le Mer 10 Déc 2014 - 16:55, édité 1 fois (Raison : Ajout d'une photo.)
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par Tireman le Mer 10 Déc 2014 - 12:32

Bonjour Seyrou,
Merci pour votre contribution ! Very Happy

Pas de souci, je compte bien exposer tous les points particuliers de cette section d'Eygurande à Laqueuille, Bourg-Lastic -Messeix inclus naturellement, avec un "petit supplément"...
Mais, patience. Cool

Amicalement,
Didier.
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par Z 600 le Mer 10 Déc 2014 - 13:36

:merci à tous pour ces explications et pour ces différents documents.    Very Happy

Seyoux a écrit:Laqueuille - Bourg-Lastic-Messeix - Eygurande-Merlines (22 km)

Exploitation : voie unique avec application du Règlement S 4 A (Régime général
d'exploitation des lignes à voie unique) : Gare de commande + Distribution du LMTr.
Application également de la règle ancestrale des X et des Y.

Cantonnement (espacement des circulations) : Block manuel de voie unique
type SNCF (BMVU) avec application du Règlement S 5 C (Chapitre 1 bis).

:merci pour ces précisions concernant le régime d'exploitation
et le mode de cantonnement de cette section de ligne.    Very Happy

Seyoux a écrit:Application également de la règle ancestrale des X et des Y.

Peux-tu nous dire de quoi il s'agit exactement ?
avatar
Z 600
je m'installe
je m'installe

Masculin
Nombre de messages : 65
Age : 63
Localisation : Châteauneuf
Date d'inscription : 19/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par Tireman le Mer 10 Déc 2014 - 17:29

:blase: En effet, je me joins à la question de Z600 ???
Didier
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie VI)

Message par Tireman le Mer 10 Déc 2014 - 17:53

Maintenant, je vous propose une visite de l’emprise marchandise.
J’avoue un amour certain pour ces emprises.
Après tout, le transport des marchandises n’est-il pas à l’origine de la création du Chemin de Fer, précédant de peu celui du transport des voyageurs ?
Le Chemin de Fer, par l’acheminement rapide des marchandises, a permis l’essor et le développement de l’économie rurale, et par là, celui de la nation.
Les gares rejoignaient les villages entre eux jusqu’à Paris, ce qui a aussi facilité l’exode rural…
Depuis les cours de débord transitaient grumes, bétail, produits agricoles, matières brutes et objet manufacturés.
Combien de foires régionales ont été tributaires de la station du Chemin de Fer ?
Combien de commerces et négoces ont-ils disparus à la fermeture de ces gares ?
Je sais, je suis un nostalgique, nostalgique d’une époque où les campagnes étaient un lieu de vie et non ce « désert rural » que l’on évoque aujourd’hui.
Nostalgique d’une époque où on se donnait le temps de prendre le temps.
Bon, assez causé, et place aux images !  ahah


Vue sur l'aile du BV depuis la cour de débord des marchandises.


Vue sur le quartier de la gare depuis la cour de débord de l'emprise marchandises.
Une voie de stockage s'est perdue dans les herbes...



Depuis le portail d'entrée, de la cour de débord des marchandises.
La halle, son quai découvert avec son plan incliné, et comme trois chandeliers, les carrés sur la ligne.



La halle aux marchandises et son quai découvert coté cour de débord.


La charpente de l'auvent de la halle aux marchandises coté cour de débord.


La halle aux marchandises et son quai découvert coté voie ferrée.


Vue sur la halle aux marchandises, coté voie ferrée.


Coté voie ferrée, la halle aux marchandises, et son bureau du fret.


En bout de la halle aux marchandises, le bureau du fret.
Dans le prolongement du quai, le gabarit.



La halle aux marchandises et son bureau de fret, vue depuis la cour de débord.


Dans la cour de débord de la halle aux marchandises, la halle aux marchandises, le bureau du fret et le gabarit.


Dans la cour de débord de la halle aux marchandises.
Quel dommage de voir ce magnifique bâtiment cerné par cette végétation anachronique !


A suivre...
Didier.
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie VII)

Message par Tireman le Mer 10 Déc 2014 - 18:38

Continuons la balade au hasard, sur les voies de triage de l’emprise marchandises.


PK420,800 - Sens pair de la ligne.
Tels trois génies tutélaires, trois carré « C » veillent.



PK420,800 - Sens impair de la ligne.
L'aiguillage d'entrée de l’emprise marchandise coté Laqueuille.
A sa droite, la voie antidérive ou impasses de sécurité, chargé de protéger le trafic contre les fantaisies d’un wagon en délicatesse avec ses freins !



PK420,900 - Sens impair de la ligne.
Le bâtiment de la BV (Brigade Voie), service au professionnalisme pourtant reconnu, lui aussi sous la menace d'un transfert au privé...



PK420,920 - Direction Clermont à droite.
Cette petite remise est typique du service de la BV.
Elle sert à y déposer un invraisemblable bric-à-brac, entre les pièces de rechanges, et ce que l'on ne veut surtout pas jeter, car "on sait jamais, ça peut servir"...
Bizarre, mais je me reconnais un peu là, et je vous déconseille de visiter mon garage...



PK420,920 - Sens impair de la ligne.
Une voie de stockage marchandises fini sa course dans les buissons.
Image symbolique de notre réseau secondaire moribond...
"Prenez garde ! A trop couper les branches, on peut tuer un arbre", avait prévenu le député de la Somme, Max Lejeune.





PK420,930.
Des coupons ont été retirés des voies d'accès à l'emprise marchandise de cette gare.
Pourquoi ?
A-t-on jugé que cette activité n’avait plus lieu d’être, et les a-t-on utilisés ailleurs ?



PK420,952 - Direction Clermont à droite.
Le bâtiment de la brigade voies.



PK420,975 - Sens impair de la ligne.
Les voies se croisent et se décroisent...



PK421,000 - Sens pair de la ligne.
Direction Laqueuille.



PK421,000 - Sens impair de la ligne.
Plateau de la gare d'Eygurande - Merlines, autour de l'emprise de la cour des marchandises.



PK421,000 - Sens impair de la ligne.
Les voies se croisent et se décroisent...
Convulsions du rail qui lutte contre l'abandon ?


A suivre...
Didier.
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par patchoutchou le Mer 10 Déc 2014 - 19:18

Et bien! ! ! :bravo  & :merci pour toutes ces belles photos, anciennes et plus récentes, ainsi que les descriptions... Sacré boulot et ils en faut des infos...
avatar
patchoutchou
Chef oui Chef

Masculin
Nombre de messages : 14066
Age : 58
Localisation : Ardennais, mais d'origine du Sud de la Marne
Loisirs : bricolage;le dessin/peinture sur toile;jardinage et bien sûr la cuisine...
Date d'inscription : 14/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par Tireman le Mer 10 Déc 2014 - 19:27

Merci de cette appréciation, Patrick ! Very Happy

C'est simplement le résultat d'un cocktail à trois ingrédients en doses égales :
1/3 Passion de la photo
1/3 Passion de l'Histoire
1/3 Passion de la chose ferroviaire !

Ajouter à cela un zeste d'amour du partage et de la communication, le bonheur d'être à la retraite et surtout, comme je dit toujours,
de prendre le temps de prendre le temps !
:mdr

Mais comme dit la pub "C'est pas fini !"
Il faut que je vous emmène à Laqueuille, et les photos sont nombreuses.
:merci à Murielle qui me permet de m'exprimer !

Didier.
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par patchoutchou le Mer 10 Déc 2014 - 19:51

:merci pour cette belle recette. En tant que cuisinier, je m'y essaierais... Wink
avatar
patchoutchou
Chef oui Chef

Masculin
Nombre de messages : 14066
Age : 58
Localisation : Ardennais, mais d'origine du Sud de la Marne
Loisirs : bricolage;le dessin/peinture sur toile;jardinage et bien sûr la cuisine...
Date d'inscription : 14/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie VIII)

Message par Tireman le Mer 10 Déc 2014 - 20:03

Quelques vues  de la plateforme ferroviaire en direction de Laqueuille.


PK420,960 - Sens impair de la ligne.
Toutes les voies de l'emprise marchandises sont encore équipées en rail DC, comme au temps du PO.
J'aime le graphisme formé par ces aiguillages.
A gauche, une voie antidérive veille à la sécurité de la voie principale.







Cette série de trois images juste pour le plaisir.
A droite, la ligne d'Eygurande-Merlines à Clermont-Ferrand, autrefois connue sous le nom de Ligne du Chemin de Fer de Clermont à Tulles.
A gauche, la ligne de Montluçon à Eygurande-Merlines, section de l’ancienne ligne de Bourges à Miécaze.
Cette section est suspendue depuis le 1er mars 2008, pour "raison de sécurité".., suite au manque d’entretient !
C’est sur cette ligne que se trouve le fameux Le viaduc ferroviaire de la Tardes, (1884) qui franchi la rivière éponyme à la hauteur d’Évaux-les-Bains, au PK352,140 de la ligne.


On ne peut quitter cette gare sans évoquer l’unique vestige de la défunte ligne d’Eygurande-Merlines à Bort-les-Orgues, fermée en mai 1950, pour cause de barrage…
J'en avais signalé la présence dans les tout premiers clichés de ce sujet.


A la hauteur du PK421,035 - Sens impair de la ligne.
Ce qui reste de la défunte ligne d’Eygurande-Merlines à Bort-les-Orgues.





A peu près à l’aplomb du PK421,000, cette guérite le long du vestige de la voie qui menait à Bort-les-Orgues.
Quel était son rôle ?
On dirait l’abri d’une bascule, mais sans certitude…
Si quelqu'un peut identifier cela de manière certaine, il est le bienvenu





Sens pair de la ligne.
Cette voie de stockage abandonnée, qui se perd dans les genêts, est tout ce qui reste de la section d'Eygurande-Merlines à Bort-les-Orgues...
Un butoir est masqué par les genêts, au-delà, la ligne a été déferrée.
A noter que la ligne est surélevée par rapport aux deux autres lignes.
Alors que la ligne de Clermont à Tulle, et celle de Montluçon à Eygurande-Merlines coupaient l'ancien chemin d'exploitation n°33 par deux PN, respectivement le 274 et 273, la section d'Eygurande-Merlines à Bort-les-Orgues, surélevée par un talus, passait par un pont rail, aujourd'hui détruit, au-dessus de ce chemin d'exploitation N°33.


Dans le prochain chapitre, avant de quitter pour de bon la gare d’Eygurande-Merlines, je vais vous amener sur les bords de la rivière le Chavanon.
Mais pourquoi faire, allez vous me dire ?
Patience et…
A suivre !  ahah

Didier.
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par Tireman le Mer 10 Déc 2014 - 20:11

patchoutchou a écrit::merci pour cette belle recette. En tant que cuisinier, je m'y essaierais... Wink

Cuisinier, Patrick ?
Bien qu'habitant l'Auvergne depuis de nombreuses années, le mot "cuisine" ne peut que réjouir le périgourdin de souche que je reste !



:mdr

Didier.
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par patchoutchou le Jeu 11 Déc 2014 - 18:45

Laughing Laughing Laughing
Merci pour ces belles photos, il y a quand même de beaux vestiges & dommage que tout ceci est à l'abandon...
Alors! La suite avec impatience Exclamation Exclamation Exclamation scratch
avatar
patchoutchou
Chef oui Chef

Masculin
Nombre de messages : 14066
Age : 58
Localisation : Ardennais, mais d'origine du Sud de la Marne
Loisirs : bricolage;le dessin/peinture sur toile;jardinage et bien sûr la cuisine...
Date d'inscription : 14/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par Tireman le Jeu 11 Déc 2014 - 19:29

Merci Patrick ! Very Happy

Mais je vais vous laisser un peu digérer ce que j'ai déjà envoyé. Wink
La raison en est que, comme cela avait été évoqué, je "travail" sur le dernier train de fret qui circule sur cette ligne, sur sa section de Laqueuille à Clermont-Ferrand.
J'avais été invité  le 5 décembre par le directeur d'exploitation de la SDMA, afin de réaliser le photoreportage dont je rêvais sur l'emprise de ses installation ferroviaires.
Il m'a invité ce jour pour assister à la livraison de son nouveau locotracteur (un Moyse de la série Y 7400), en remplacement de l'ancien qui a rendu l'âme.
J'étais donc sur le site à 9h00 ce matin, et j'ai fais une belle moisson de photos !
Donc, sujet à venir avec comme thème :
Le train de la SMDA.  :siffle

En attendant, et tant que c'est frais dans ma mémoire, je développe et je légende mes photos de ce matin.
Ensuite, je continu la présentation de ce sujet en cours !  Wink

Didier.


Dernière édition par Tireman le Jeu 11 Déc 2014 - 20:01, édité 1 fois
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par patchoutchou le Jeu 11 Déc 2014 - 19:44

OK Didier... Alors prends ton temps. Wink 
avatar
patchoutchou
Chef oui Chef

Masculin
Nombre de messages : 14066
Age : 58
Localisation : Ardennais, mais d'origine du Sud de la Marne
Loisirs : bricolage;le dessin/peinture sur toile;jardinage et bien sûr la cuisine...
Date d'inscription : 14/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par Tireman le Jeu 11 Déc 2014 - 20:09

patchoutchou a écrit:OK Didier... Alors prends ton temps. Wink 

Ça, c’est surtout le truc à ne pas me dire !
Je suis un flémard algébrique, doublé d’une nonchalance invétéré !!!
Mon film culte, c’est Alexandre le Bienheureux, avec l’inoubliable Philippe Noiret, c’est tout dire !
ahah

Didier.

PS. : Blague à part, le petit wagon à guérite, a-t-il des petits frère ?
Où peut-on trouver cela ?
Je suis fan de ces petits graphismes animés !
avatar
Tireman
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 2667
Age : 67
Localisation : 63830 Nohanent
Loisirs : Lecture, Histoire, Recherches, Photos.
Date d'inscription : 08/12/2012

https://plus.google.com/u/0/collection/Q41EX

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par ulysse le Ven 12 Déc 2014 - 16:37

Bonjour...

Bravo pour ce poste...

oui , c' est incompréhensible , d' abandonner des lignes encore existantes ,
qu' il y aurait quelques travaux de remise en état ,car aprés tout la ligne est centenaire.....
Oui , nous assistons impuissant , que l' état français délègue le transport de Fret aux poids lourds sur les routes...
- Hélas , les écolos sont plus à chercher des places ploutocratiques ,plutôt que de chercher à protéger la planète..
- c' est quand même incroyable , et le pire c' est que c' est valable pour tous les pays de la cee...Sauf la Suisse , bien que selon les dires de ce machiniste qui m' a invité à faire le voyage en cabine, le train oui, mais le bus et camion ,c' est mieux pour la création d' emplois et bien sur les retombées de taxes pour l' état.. :siffle
avatar
ulysse
enfin dans le picasso!!
enfin dans le picasso!!

Masculin
Nombre de messages : 1767
Age : 60
Localisation : Dunkerque
Loisirs : Marklin ...3 raillistes...et 2 raillistes...
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'était le Chemin de Fer de Clermont à Tulle. (Partie I)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 12 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum